Accueil
 
 
 
 

Hommage du Parti Communiste du Finistère à Gaby Paul

Gaby Paul, né en 1918, fils de cheminot, titulaire d'un brevet supérieur obtenu à l'école primaire supérieure de Brest, ancien travailleur de l'Arsenal, ancien député communiste pendant 12 ans de la Libération à 1958, vient de s'éteindre à 97 ans. Il avait commencé à militer à la CGT en 1936 et au Parti Communiste en 1942, alors que celui-ci était interdit et pourchassé. Il milita aussi dans la Résistance au sein des FTP.  

Après les grèves du bâtiment de 1950, à l'occasion desquelles Edouard Mazé fut tué par la répression policière du mouvement social brestois le 17 avril 1950, Gaby Paul a accompagné la grande grève des travailleurs de l'Etat en 1951 et joué un rôle décisif à l'Assemblée Nationale pour la promulgation du décret du 22 mai 1951 qui alignait les salaires des travailleurs de l'Etat sur ceux des métallurgistes de la région parisienne. 

C'était un ami de Pierre Cauzien, grièvement blessé aussi le 17 avril 1950 et amputé d'une jambe, le témoin principal de Kris et Etienne Davodeau, les auteurs de la BD "Un homme est mort"

1950 fut, dans le contexte de la lutte contre la guerre d'Indochine, des mouvements ouvriers et populaires dans un climat d'exaspération sociale liée à la misère, et de guerre froide, une période d'anti-communisme d'Etat très violent: ainsi les députés communistes du Finistère, Alain Signor et Marie Lambert, furent emprisonnés cette année-là pour avoir manifesté contre la guerre d'Indochine, comme Jacques Duclos, lui-même, pourtant figure de la résistance.  

Gaby Paul fut également vice-président, chargé des transports, à la Communauté Urbaine de Brest de 1977 à 1983. 

Le Parti Communiste du Finistère lui rend hommage, lui exprime sa reconnaissance pour son action au service de la population, et s'associe à la peine de sa famille et de ses amis. 

 

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère. 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.