Accueil
 
 
 
 

Défendre la ligne SNCF Landerneau Quimper

La Fédération du PCF du Finistère appelle à participer samedi 25 avril à l'action pour défendre la ligne QUIMPER-BREST.

Elle s'associe à l'appel de la CGT que l'on peut lire ci-dessous.

 

Ce sont au moins 7500 kms de lignes qui sont menacées sur le réseau national, la réforme du ferroviaire et la loi MACRON sur la libéralisation des transports par autocar n’ont pour ambition que de privilégier les grands axes au détriment des lignes secondaires.

Les dernières déclarations dans les médias du président de la SNCF, Mr PEPY, ne font que nous conforter dans notre analyse. En citant l’axe ferroviaire Brest-Quimper en exemple, qui selon son interprétation rentre dans le champ d’application de la loi Macron, ‘’la desserte par autocar pourrait se substituer au train.’’

Tout est dit !!! La ligne à voie unique de Landerneau à Quimper est menacée.

La méthode est partout la même, les travaux de rénovation, d’amélioration du réseau secondaire sont reportés ou abandonnés. C’est exactement ce qui s’est passé pour la ligne Brest-Quimper en 2014. Pourtant le projet est porteur du développement de la pointe Bretagne avec le doublement des circulations, Quimper à moins d’une heure de Brest, ouvrant des perspectives vers les villes de la Bretagne Sud jusqu’à Nantes.

Aujourd’hui la ligne continue de se dégrader, la maintenance est volontairement assurée à minima, pour garantir au minimum la sécurité des circulations la SNCF a installé de nombreuses limitations de vitesse sur la ligne, 60km/h au lieu de 120km/h entre le viaduc de Daoulas et Hanvec sur 17km, 60km/h au lieu de 100km/h à la sortie de Châteaulin, 80km/h au lieu de 120km/h de Quéméneven à Quimper sur 15 km. Les temps de parcours sont rallongés passant de 1h10 à 1h30, certains trains qui ne peuvent plus assurer les correspondances ont tout simplement été supprimés. De ce fait beaucoup d’usagers font le choix d’un autre mode de transport, les chiffres de fréquentation étant à la baisse, la SNCF n’hésitera pas à se servir de ces chiffres pour affaiblir un peu plus la pertinence de la ligne.

Pour la CGT une autre voie est possible, « la voie du service public » pour apporter une autre réponse aux besoins quotidiens des populations, des usagers.

70 Millions d’euros de travaux ont été réinscrit au contrat de plan état-région 2015 2020, c’est pourquoi nous demandons que les investissements se concrétisent rapidement pour que le développement économique et social du Finistère passe par un service public de qualité.

Exigeons ensemble : La pérennisation de l’axe ferroviaire Brest-Landerneau-Quimper,la

réalisation des travaux de modernisation des infrastructures, la réhumanisation des gares et des

trains (accueil, points de vente, présence contrôleurs), l’accessibilité à l’ensemble des trains

pour tous les citoyens

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.