Accueil
 
 
 
 

La coordination départementale du Front de Gauche s'interroge sur la refondation scolaire voulue par le gouvernement

La nécessité de redéfinir les missions de l'école et les besoins pour y parvenir est bien sûr fondamentale.

Cependant , cette réflexion ne peut se faire sans les principaux intéressés ( enseignants, parents, élus locaux'',...) et demande d'y consacrer le temps nécessaire à l'élaboration collective d'un projet ambitieux pour les enfants de ce pays.

Sur les rythmes de vie des enfants, le manque d'ambition transformatrice du gouvernement -rien sur les vacances d'été, pas de réel raccourcissement des journées,...- ne génère pas l'enthousiasme des acteurs et partenaires de l'Ecole. De plus, il risque d'aggraver les disparités territoriales puisque les collectivités locales, voire les familles seraient mises à contribution.

Quant au projet de loi lui-même , comment lui apporter du crédit alors que l'austérité , la réduction des dépenses publiques s'applique aussi à l'école.

Ainsi, dans le primaire, la dotation de zéro poste dans le Finistère ne permettra pas de satisfaire les demandes d'inscription des petits de moins de 3 ans ni la relance des postes de RASED indispensables pour l'aide aux enfants en grande difficulté ni de satisfaire les besoins en remplacement et encore moins d'envisager un maître de plus que de classes dans les écoles...

Dans les collèges, aucun moyen n'est prévu pour améliorer le taux d'encadrement des élèves.

En lycée général et technologique, 12 postes sont supprimés malgré des effectifs stables et 9 postes supprimés en lycée professionnel alors que les effectifs sont en progression dans cette filière.

Comme on le voit, le pacte budgétaire européen ratifié par le gouvernement qui préconise les politiques d'austérité partout en Europe impacte directement les services publics.

Le Front de Gauche ne peut se satisfaire du bricolage annoncé par le ministre de l'éducation

L'austérité est incompatible avec tout progrès social ambitieux .

Oui , il faut transformer l'école pour permettre à tous de réussir et pour cela il faut se donner le temps de la concertation et dégager des moyens qui soient à la hauteur des ambitions affichées . Ne laissons personne sur le bord du chemin, ce serait contraire à notre devise : « l'humain d'abord ».

Le Front de gauche du Finistère appelle à participer aux manifestations du mardi 12 février, à l’appel des organisations syndicales de l’Education.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.